Béatrice Marty peint  sur de l’organza de soie, dont la transparence permet des recherches sur la lumière. Travail lent et minutieux, il faut passer plusieurs couches, attendre leur sèchage. Elle utilise la couleur la plus intense, qu'elle oppose à la douceur de la matière peinte.

L’outrance des tons apaise la violence de la vie, la sublime, l’exorcise. Couleur et lumière en accord ou en opposition fondent l’ensemble de   son   travail.

Ses recherches l’ amènent aujourd'hui à peindre sur de l'Altuglas, matière transparente dans la droite ligne de la soie. L'art comme antidote à la bêtise et à la brutalité du monde.